Entrepreneuriat : ce que j’aurais aimé savoir avant de me lancer

par | 23 Nov 2020 | L'édito de Curtis, Tips & Conseils | 2 commentaires

Voilà 2 ans que nous nous sommes lancées dans l’entrepreneuriat.
D’abord avec nos box musicales, ensuite avec l’agence. Un parcours riche en émotions, en dents de scie, avec l’envie de décrocher les étoiles, puis l’envie de tout arrêter. On se confronte à tous les avis, on se forge le nôtre, on prend confiance.
L’entrepreneuriat, c’est presque tout réapprendre, déconstruire un schéma préétabli, savoir changer son fusil d’épaule, trouver des solutions, accepter les obstacles ! L’entrepreneuriat est riche d’enseignements, professionnels mais aussi personnels. On pourrait en parler pendant des heures…
Aujourd’hui, on va aborder 6 points que l’on aurait aimé connaître avant de nous lancer : s’entourer, les réseaux pro, la perfection, continuer de se former, et accepter l’imprévu.

 

1. Seul ou associé, il faut s’entourer

La semaine dernière, on discutait du fait d’entreprendre seul ou à plusieurs. Chaque choix possède ses avantages et ses inconvénients, évidemment. Mais peu importe que tu sois seul ou associé, il est important, voire pri-mor-dial de t’entourer de personnes extérieures à ton business. Finalement, quand on est associé, on est une seule et même entité, et on peut vite s’enfermer ensemble, sur une pensée unique.

Alors, il est important de faire part de tes questions, problématiques, réflexions, avec différentes personnes. Le but ? Confronter tes idées à d’autres afin de ne pas t’enfermer sur un seul point de vue. Quand on a la tête dans le guidon, on est souvent “sous l’eau”, on “n’a pas le temps”. C’est une question d’organisation et de priorité finalement, et s’entourer devrait être l’une de tes priorités. La phrase est bateau mais vraiment puissante : seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. C’est l’essence même d’un projet qui fonctionne : j’ai mes compétences et ma vision des choses, que je viens compléter, peaufiner et nourrir avec le point de vue de mes rencontres (professionnelles ou non d’ailleurs !).

 

2. L’importance des réseaux professionnels

Au-delà de s’entourer de manière informelle, on peut aussi passer à côté de réseaux professionnels ayant un intérêt pour son business. Pour en citer quelques-uns, tu peux retrouver la CPME, le CJD, le BNI, Bouge ta boîte, et bien d’autres.

Chaque réseau a son intérêt : le BNI par exemple est un réseau de recommandations. L’idée est alors de jouer le jeu de la recommandation pour faire du chiffre.

Intégrer un réseau demande de s’investir. Chaque activité n’aura pas le même intérêt, c’est pour cela qu’il faut comprendre la raison d’être du réseau et être certain qu’il sera utile à ton business.

Généralement, ces réseaux ont un coût financier, ce qui est normal. Mais, il ne faut pas voir cela comme une dépense, c’est un investissement, bien souvent rapidement rentabilisé.

L’autre intérêt, au-delà du business, va se situer sur l’humain. Il est rassurant de se retrouver entouré de chefs d’entreprise, de freelance, avec leurs interrogations et problématiques, nouer des relations de confiance, et avancer ensemble dans la bienveillance et la qualité de travail.

 

3. Personne ne te demande d’être parfait

Quand on lance son business, on est forcément confronté à nos propres peurs. Le syndrome de l’imposteur, ça te parle ? Souvent, il y a un travail de développement personnel à faire afin d’accepter ses compétences et prendre confiance. On a parfois du mal à mettre des chiffres sur des compétences, alors que c’est là que repose le cœur du business, notamment dans de la prestation de service. Faire alors un travail sur soi, personnel, accepter la peur et la maîtriser… devient une étape essentielle.

Parfois aussi, on passe un temps fou à peaufiner un concept, attendre qu’il soit parfait avant de faire quoi que ce soit, mais personne n’attend de vous que les choses soient parfaites. On attend qu’elles soient. Point. Ensuite, on analyse ! On trouve les points d’améliorations à travailler pour la V2…. et c’est comme ça qu’on avance.

Pour citer Aline, de The Bboost : “Vous ne pouvez pas “faire bien” ou “mal faire” : ça n’existe pas et c’est un débat stérile en entrepreneuriat. On fait et on observe les résultats. Point”

Prendre conscience que l’important, c’est de faire et d’analyser, et non de réfléchir sans cesse dans l’attente de trouver l’angle parfait.

 

4. Ne pas intégrer l’état d’esprit business

Quand on se lance, on n’intègre pas toujours la partie business, rentabilité, chiffres ! Pour plusieurs raisons, on n’est pas toujours conscient de ce que représente une entreprise. Avec le temps, on assimile le poids d’une société et l’investissement qu’elle nécessite pour fonctionner. Être entrepreneur, c’est porter de nombreuses casquettes. Alors, je rejoins ici le point 1 et 2 : s’entourer est essentiel. Que ce soit de manière formelle (faire appel à du conseil, du coaching, se former sur certains aspects…) ou informelle (demander conseil à son entourage)… il faut travailler ton mindset entrepreneur !

 

5. Continuer de te former et rester à l’écoute

Le monde évolue à grande vitesse et des études réalisées il y a quelques années ne suffisent parfois plus. Le socle de connaissances est là, mais il est important de maintenir ses connaissances, comprendre le mouvement du monde, de l’économie, de la société afin de garder une bonne position. Être entrepreneur, c’est être à l’écoute des opportunités et rester constamment une oreille attentive.
Concrètement, on appelle ça de la veille. De la veille concurrentielle, technologique, marketing, image… La veille, c’est une manière de garder un lien sur les actualités qui peuvent impacter positivement ou négativement ton business, face auxquelles il faut agir.

On parle ici aussi de formation. Les techniques évoluent et il est là aussi primordial de vivre avec son temps. Petit tips : s’abonner à des newsletters ! Tu connais la nôtre ?!

 

6. Accepter que… rien ne se passe comme prévu !

Enfin, le dernier point et pas des moindres : l’imprévu ! L’imprévu devrait être le synonyme du mot entrepreneuriat, si ce n’est pas déjà le cas. Avec la team Curtis, on ne compte plus les imprévus, tellement ils font partie de notre quotidien. Quand on se lance, on a un plan bien tracé. Puis la réalité nous rattrape, et on doit tenir sur nos deux jambes face à tout ce qui peut apparaître sur la route (même si parfois, il a fallu nous asseoir !). Mais est-ce que tout le charme de l’entrepreneuriat n’est pas justement de l’accepter tel qu’il est, avec ses moments de haute voltige ? La gestion du stress est donc une étape par laquelle tu passes et tu passeras, mais c’est un muscle qui se travaille avec de bons outils. On peut trouver soi-même des manières de le gérer, on peut se faire accompagner dans cette démarche,… c’est à toi de trouver une organisation qui te permettra d’avancer sans te laisser ronger par le stress car, bien géré, le stress apporte souvent l’adrénaline nécessaire au passage à l’action, et c’est souvent revigorant !

Entreprendre est une aventure enrichissante, tant sur le plan professionnel que personnel. Il nous ouvre des portes inattendues, nous pousse dans nos retranchements tout en nous faisant aller plus loin. Avec cet article, on partage les points-clés dont on aurait aimé avoir conscience au début. Mais finalement, on a appris en faisant, sur le tas, face au mur, et c’est peut-être dans ces moments que l’on retient mieux la leçon.

Raconte-nous quels sont tes conseils pour toute personne qui souhaite se lancer dans les commentaires !

Rendez-vous sur le blog pour retrouver nos autres articles.

2 Commentaires

  1. Brice de Forsanz

    Quelle belle initiative ce retour d’expérience … merci.
    J’ai coutume de dire que l’on est beaucoup plus intelligent(e)(s) (es) à plusieurs que seull … ce qui rejoint les points 1 et 2.
    La perfection n’est pas de ce monde , le mieux est l’ennemi du bien … bla bla bla … il faut essayer et essayer encore d’être « parfait » mais la meilleur façon de le devenir c’est de ne pas l’être et d’apprendre de ses erreurs … qui sont toujours riches d’enseignements à celle ( celui) qui sait les reconnaitre.
    Il faut intégrer « l’esprit » business très très vite … la maîtrise des chiffres c’est le nerf de la guerre ( eh! oui) … l’objectif c’est de ne pas être dépendant dans ce domaine …. et ne pas déléguer l’appréciation de sa rentabilité présente et future.
    Continuer à se former … s’informer … échanger … comprendre … puis innover … et créer … c’est le sel de la vie.
    C’est vrai que rien n’est jamais comme prévu mais parfois c’est encore mieux, « top mieux », … et c’est là que le talent prend tout son sens.
    Amicalement
    Brice

    Réponse
    • Marine

      Merci beaucoup Brice pour ce super retour !!! On te rejoint sur tout ces points…
      Amicalement, la Curtis Team

      Réponse

Laisser un commentaire

Plus de lecture

On rembobine la cassette de 2020

On rembobine la cassette de 2020

2020 est une année très spéciale pour tout le monde. Et on ne fait pas exception car plusieurs points clés ont marqués nos vies d'entrepreneuses. C'est pas habituel de faire un bilan en milieu d'année mais après tout qui s'en souci ? 😜 De temps en temps il est...

Booste ton business grâce aux podcasts

Booste ton business grâce aux podcasts

De plus en plus d’entreprises se jettent à l'eau et lancent leurs podcasts. Et bien que ce format se démocratise il y a encore beaucoup de places à prendre. Est-ce que tu as déjà pensé à booster ton business grâce aux podcasts ?   Qui peut lancer un podcast ? Le...

%d bloggers like this: